Mon parcours

Père de trois enfants, je suis né le 27 juillet 1974 à Vitry-sur-Seine.

J’ai fait l’essentiel de mes études à Brest. Diplomé d’un DEA d’histoire obtenu à la Sorbonne et d’un DESS de géopolitique à l’IRIS, mon parcours m’a conduit à travailler au côté de François Hollande, Bertrand Delanoë puis de Jean-Yves Le Drian. Depuis 2009, je suis cadre au sein d’un établissement public d’Etat en charge du foncier des collectivités locales.

Très attaché à la Bretagne où j’ai grandi et politiquement proche de Marylise Lebranchu, c’est à Morlaix que je prolonge mon engagement politique. Conseiller municipal d’opposition en 2009 à Morlaix, j’ai été élu en 2010 pour le Finistère, conseiller régional sur la liste menée par Jean-Yves Le Drian. J’ai été élu vice-président du conseil régional de Bretagne, chargé de la politique territoriale et du numérique avec comme mission de développer la fibre optique pour tous les bretons. J’ai été réélu conseiller régional lors des dernières élections de 2015 toujours en charge du numérique et du pays de Morlaix.

Suppléant de Marylise Lebranchu aux élections législatives de juin 2012, je suis devenu député de la 4ème circonscription du Finistère à l’issue de sa nomination comme ministre. J’ai siégé à la commission des affaires étrangères. Soucieux d’anticiper le vote de la loi, j’ai démissionné de mon mandat de conseiller municipal et de l’exécutif de la Région Bretagne.

Au Parlement, j’ai été rapporteur pour avis de la loi de programmation militaire, membre de la commission d’enquête sur le maintien de l’ordre républicain, en charge de missions sur la situation en Asie du Sud Est ou en République démocratique du Congo, en charge du rapport sur la vente des Mistral à la Russie ou de la coopération judiciaire France-Etats-Unis d’Amérique comme de réflexions sur la dissuasion nucléaire française ou des interventions militaires françaises. J’ai participé avec force aux débats sur la directive détachement, la loi bancaire, les langues régionales ou l’économie bleue.

Localement, j’ai fait l’interface entre notre territoire, ses problèmes économiques et sociaux et les ministères. J’ai porté les dossiers de Gad, Tilly, Hop, Brittany Ferries, Bosch pour permettre un accompagnement d’Etat dans les moments de crise comme dans les périodes de développement. Il a fallu trouver des solutions aux multiples crises agricoles. Mais il a fallu aussi accompagner chaque rentrée scolaire pour permettre que les écoles de notre circonscription bénéficient à plein des recrutements engagés par le gouvernement, permettre le développement de la filière bilingue, soutenir les projets culturels les plus petits comme les plus importants.

J’ai voté contre l’inscription dans la Constitution de la déchéance de nationalité. Le lendemain, à la suite du dernier remaniement ministériel, j’ai quitté l’Assemblée nationale pour réintégrer mes fonctions au sein de l’établissement m’employant.